Toute la lire, Cahier N°3

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un cahier de poèmes géo-ethno-musico-politico-bio-cinémato-graphiques pour explorer de nouvelles possibilités poégraphiques.. Un pied aux péninsules d’Europe, nordique et italique, un autre en équilibre sur une poutre en Russie, d’autres encore marchant dans les flaques de ciels d’océans mais toujours marellant, chaussés de semelles cousues d’Afrique – il en faut des pieds pour se faire un ailleurs et des mains à serrer, à jongler avec des 0 et des 1 où le poème se jouerait des langues et des alphabets : un poème de poèmes si et seulement si..

Au sommaire du Cahier N°3 :

Nicanor Parra AVERTISSEMENT AU LECTEUR , Christian Désagulier RAD THU,
Francis Falceto ENGRAVED AND ENCRYPTED, L’ULTIME CHEF D’OEUVRE DE SEBHAT GUÈBRÈ-EGZIABHÉR ?,  Michaël Batalla CALCULUS, Leslie Kaplan ÉCRIRE DÉPLACE LE CIEL, Jacques Sicard MICKEY WHITE FACE, Philippe Jaffeux UN GLISSEMENT, Alessandro De Francesco ((( , Sarah Carton de Grammont SAVOIR VIVRE AVEC SON TEMPS, Bref précis de cité-jardinage moscovite post-soviétique, comprenant quelques ruses symboliques de politique locale en période de libéralisation économique extrême, divers conseils et tours de main sur l’art du bon voisinage avec les fantômes, ainsi qu’un menu requiem pour des efforts de Bonheur, Patrick Beurard-Valdoye MOI BATEAU PERDU SOUS CHEVEUX MIGRANTS, Luc Champagneur DES ACCORDAGES, Patrick Beurard-Valdoye BENJAMIN WALTER : POÈTE, Christian Désagulier R LE .

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Format : 17 x 23
  • Pages : 176
  • Illustration(s) : 5 ill. , 16 photographies
  • Prix : 18 €
  • Dépôt légal : juillet 2017
  • ISBN : 978-2-9535218-6-3

Commander ici..

editionsterracol_logo_nb_3

Une  barbote de becture de Jacques Barbaut sur son Blog..

Capture d'écran 2017-11-23 20.28.48Capture d'écran 2017-11-23 20.29.06Capture d'écran 2017-11-23 20.29.34

editionsterracol_logo_nb_3

Visuel-définitif-salon-2017-RVB-100dpi-210x300 Capture d'écran 2017-11-14 09.55.46

.. au Salon de la revue à la Halle des Blancs-Manteaux à Paris, le 11 novembre Présentation de la revue le 11 novembre à 16h30 par Christian Désagulier & Julia Tabakhova avec les auteur-e-s du Cahier N°3  Sarah Carton de Grammont, Luc Champagneur & Patrick Beurard-Valdoye..

 

editionsterracol_logo_nb_3

Capture d'écran 2017-11-18 09.07.49

André Chabin et Yannick Kéravec : « La création d’une revue est traversée par le songe d’une communauté à inventer  (interview de Johan Faerber)

Les 11 et 12 novembre se tiendra, à la Halle des Blancs-Manteaux, le 27e Salon de la Revue dont Diacritik est cette année le partenaire. L’occasion pour le magazine d’interroger André Chabin et Yannick Kéravec, maîtres d’œuvre de l’événement et de La Revue des revues, à la fois sur l’histoire du Salon, les nouvelles revues qui, cette année, s’y déploient et enfin sur le sens du collectif qui préside à toute revue

Je voudrais à présent vous poser une question sur l’actualité des revues dans le paysage littéraire français : la vitalité de votre salon prouve que plus que jamais la vie intellectuelle s’organise autour de la revue. Pourquoi ainsi, selon vous, les revues ne cessent jamais selon vous d’être d’actualité ? Pourquoi ne vieillissent-elles pas ? En quoi peut-on toujours les considérer comme une pièce maîtresse de la vie littéraire en France ? En quoi sont-elles un dispositif si précieux dans la vie des lettres notamment ?
Oh que si les revues vieillissent : certaines même sont mortes sans s’en rendre compte mais chut laissons celles-ci en paix ! Les revues ne cessent d’être d’actualité précisément parce qu’elles sont fondamentalement inactuelles ou pour reprendre un mot de Paul Virilio dans un vieux numéro de La Revue des revues (n°21) « achronique » : l’actualité ne les épuise pas plus qu’elles ne s’épuisent dans l’actualité. Leur rapport au temps est fait d’avance – elles explorent, elles anticipent – et de retard – elles sont dans l’après-coup, dans l‘analyse. Certains s’en désoleront mais à tort parce que c’est dans ce formidable « dégagement » qu’elles trouvent et prouvent leur liberté, à l’écart d’enjeux commerciaux, de l’exigence de rentabilité immédiate…et même différée…
Venons-en à présent à cette nouvelle édition du Salon : comment avez-vous décidé cette année de concrètement organiser les rencontres du salon ? Sur quel aspect de la production des revues avez-vous décidé d’insister ? Pouvez-vous notamment nous présenter quelques rencontres qui auront lieu le samedi 11 et le dimanche 12 novembre ?
… Cette année, multiples coups de projecteurs sur des revues nouvelles : Artichaut, Toute la lire, Biens symboliques, pan

(l’intégralité de l’article ici..)

Capture d'écran 2017-11-14 20.40.44

TLLn°3-EaNSophie Ehrsam

(l’intégralité de l’article ici)

Découvrir le Cahier N°3..

Commander ici..


Publicités